La spécialité Aménagement et développement local du Master MECI comporte à la fois :

  • Des enseignements théoriques et thématiques pour une culture générale dans le domaine du développement local ;
  • Un grand nombre d’enseignements méthodologiques et techniques pour l’acquisition de compétences opérationnelles : diagnostic territorial et montage de projet, modalités de financement, conduite de réunion, animation, gestion de partenariats, techniques d’entretien et d’observation, cartographie ;
  • L’analyse concrète de projets d’aménagement, de développement et de changement.

L’année de M1 s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire des contenus et des méthodes des sciences sociales, au travers d’enseignements mutualisés avec les autres parcours de la mention. Elle comporte également des enseignements spécifiques qui permettent d’analyser les enjeux de l’aménagement et du développement local.


Semestre 1

UE 1 — Mutations du monde contemporain

Nouveaux régimes de croissance (18 h)
Pascal GROUIEZ
Maître de Conférences en Économie
Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

L’objectif du cours est d’analyser les conditions d’une croissance relativement cohérente de l’activité économique sur un territoire donné. Considérant que le capitalisme génère en permanence des distorsions dans les processus de production, de distribution et de répartition de la richesse, l’objet du cours est de repérer – à différentes échelles (méso, macro) – les dispositifs institutionnels – issus des compromis de différents acteurs économiques- qui contribuent à réduire les tensions et à assurer une progression relativement cohérente de l’accumulation du capital. Les dispositifs institutionnels naissent dans un environnement économique et social propre à chaque zone économique (au niveau macro) et à chaque territoire (au niveau méso). En conséquence, il s’agira d’identifier les outils méthodologiques et théoriques à disposition des économistes qui permettent de saisir la diversité des réponses institutionnelles aux changements (voire aux crises) des économies du monde. Nous mettrons en évidence la nécessité de reconnaÏtre la diversité des capitalismes et de leurs régimes de croissance. La cohérence de ces différents régimes peut être assurée à l’échelle d’un Etat (macro), d’un territoire (méso), voire dans le bouclage entre les niveaux macro et méso.

Plan du cours

Introduction : d’un nouveau régime de croissance aux nouveaux régimes de croissance

Chapitre 1 : Penser les crises du capitalisme

1. Les institutions du capitalisme

2. Le mode de régulation

3. Une illustration par les faits stylisés

4. D’un régime fordiste à un régime financiarisé

Chapitre 2 : La variété des capitalismes

1. Le compagnie-isme japonais

2. Le cas de la Chine

Chapitre 3 : Des régimes de croissance macro aux bricolages institutionnels dans des espaces méso.

1. La firme comme arrangement institutionnel : le concept de « modèle productif »

2. Le cas de l’industrie pharmaceutique

3. Une macro structurant la méso

Chapitre 4 : La mésoéconomie comme marge instituante

1. L’espace méso, lieu d’innovation et de différenciation

2. Le cas de l’économie collaborative

3. Les fondements théoriques de la différenciation de l’économie collaborative

4. L’impact des « marges instituantes » : une méso structurant la macro

Chapitre 5 : Nouveaux régimes de croissance et progrès social

1. Financiarisation et transformation du rapport salarial

2. Les coopératives comme marges instituantes : vers un nouveau rapport au travail ?

Contrôle des connaissances

Etudiants inscrits en CC
Un dossier à travailler en groupe comptant pour 50 % de la note finale et un examen comptant pour 50 % de la note finale.

Etudiants inscrits en ET
Un examen comptant pour 100 % de la note finale.

Bibliographie de base

Boyer R. (2015), Economie politique des capitalismes, Paris, La Découverte.

Robert Boyer, Hiroyasu Uemura et Akinori Isogai (dir.) (2015), Capitalismes asiatiques, diversité et transformation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Bigi M. et al. (2015), Travailler au XXIème siècle, Paris, Robert Laffont.

Tendances sociétales (18 h)
Céline SOUBRANNE
Directrice RSE, Groupe Lagardère
Membre de l’ORSE et du C3D

Objectifs pédagogiques

Ce cours a pour objectif de préparer les étudiants, dans une perspective de pratique professionnelle, à l’observation des tendances de société et à leur intégration dans les politiques et stratégies des acteurs publics et privés. Des méthodologies d’observation à la normalisation à travers les cadres internationaux et réglementaires, en passant par l’usage prospectif et à fins d’innovation des tendances de société, une large place sera accordée à l’expertise de la RSE/Développement Durable et aux enjeux du changement climatique.

Plan de cours

  • Introduction – Tendances sociétales : définition, usages professionnels, méthodologie.
  • Le changement climatique et les enjeux environnementaux : notions d’atténuation/adaptation, nexus climat-biodiversité, risques physiques, risques de transition, opportunités. Consommation responsable, décroissance, économie circulaire, économie de la fonctionnalité…
  • RSE, Développement Durable, ESG, raison d’être, entreprise contributive/régénérative : de la démarche volontaire à la normalisation réglementaire par l’UE : SFDR, CSRD, Devoir de Vigilance… Evaluation extra-financière : double matérialité, indicateurs et mesure d’impact.
  • Monde du travail et enjeux sociaux : égalité, diversité, inclusion…normes et référentiels.
  • Gouvernance et parties prenantes : engagement actionnarial, dialogue avec les collectifs de salariés et rôle des ONG, radicalité

Bibliographie

Grünsfelder, S., Delalieux, G., 2023, RSE, Paris, Dunod
Boissinot, J., 2022, La Finance Verte, Paris, Dunod
Laville, E., 2019, Les Marques positives, Paris, Pearson
Parrique, T., 2022, Ralentir ou Périr, Paris, Seuil
Piketty, T., 2019, Capital et Idéologie, Paris, Seuil

Enjeux spatiaux des sociétés contemporaines (18 h)
Pierre PISTRE
Maître de conférences en Géographie
Université Paris Cité
Adrien DORON
Maître de conférences en Géographie
Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

A destination de non géographes et géographes, ce cours magistral de 18h a pour objectif de familiariser les étudiant.e.s aux enjeux des sociétés contemporaines du point de vue de l’espace géographique, en associant éléments théoriques, réflexions méthodologiques et exemples d’actualité. Il s’agit en particulier de sensibiliser aux grandes mutations des territoires, surtout français, de leur organisation spatiale, de leur gouvernance par les pouvoirs publics ou encore sous l’influence des mobilités spatiales des populations (résidentielles, quotidiennes, de loisir).

Objectifs du cours :

  • Comprendre les apports d’une prise en compte de la dimension spatiale des phénomènes humains, notamment socio-économiques.
  • Connaître les principales méthodes mobilisées pour appréhender l’espace en géographie et en aménagement.
  • Pouvoir synthétiser de façon critique des articles de débats scientifiques relevant de la géographie et de l’aménagement.

Plan de cours

  • Étudier l’espace : éléments d’un raisonnement géographique appliqué aux inégalités
  • Diviser l’espace : des mailles et des catégories spatiales pour les politiques publiques
  • Métropoles versus périphéries spatiales (rurales, périurbaines, urbaines)
  • Ville compacte versus Ville diffuse
  • Décroissance urbaine : questionner la croissance comme paradigme dominant du développement urbain
  • Représentations, identités, imaginaires géographiques comme ressources territoriales

Références bibliographiques

  • Brunet, R., Ferras, R., & Théry, H., 1993, Les mots de la géographie : dictionnaire critique, Paris, Reclus.
  • Charvet J.P., Sivignon M., 2016, Géographie humaine, questions et enjeux du monde contemporain, Paris, Armand Colin.
  • Clerval, A., Fleury, A., Rebotier, J., & Weber, S., 2015, Espace et rapports de domination, Rennes, PUR.
  • Debarbieux B., 2015, L’espace de l’Imaginaire : Essais et détours, Paris, CNRS.
  • Levy J., & Lussault M., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Paris, Belin.
  • Pumain, D., & Saint-Julien, T., 2010, Les interactions spatiales et Analyse spatiale : les localisations, Paris, Armand Colin
  • Géoconfluences (ressources variées en géographie)
  • Hypergéo (encyclopédie électronique de géographie en accès libre)

UE 2 — Méthodologie 1

Méthodologie de la recherche (12 h)
Céline VACCHIANI-MARCUZZO 
Professeure de Géographie
Université Paris Cité
Sophie BAUDET-MICHEL
Maîtresse de conférence en Géographie
Université Paris Cité

Objectif pédagogique

Il s’agit d’une approche de la recherche, présentant différentes méthodes et démarches de recherche et exposant les bases du travail de recherche : définition d’une problématique, confection d’une bibliographie, dépouillement et stockage de l’information… Une partie de l’enseignement consiste en la construction par les étudiants de leur propre problématique de recherche.

3 cours au choix parmi :

Introduction à l'analyse de données (30 h)
Sophie BAUDET-MICHEL
Maîtresse de conférences en Géographie
Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

Les techniques d’analyses multivariées sont des outils statistiques permettant de mettre en valeur et d’analyser des informations quantitatives et qualitatives relatives à un grand nombre d’individus statistiques ; elles sont fréquemment utilisées dans les bureaux d’études, dans les services d’études des collectivités ou des administrations. Il s’agit ici de s’initier à leur utilisation. Elles font partie des outils de l’analyse statistique descriptive. Vous appliquerez ces techniques d’analyse descriptive de manière guidée en TD sur l’analyse de données référencées dans l’espace. Vous manipulerez des données statistiques concernant des territoires. Vous utiliserez pour cela R studio.

Plan de cours

  1. Construire une information quantitative pour répondre à une question géographique
  2. Premières analyses : comment se différencie l’espace (analyses univariées) ?
  3. Quelles relations entre des phénomènes dans l’espace (analyses bivariées) ?
  4. La structure cachée de l’information géographique : l’analyse en composante principale
  5. Les types d’espaces : la classification ascendante hiérarchique

Evaluation

Le contrôle des connaissances est en contrôle continu à 100% :

  • 80% de la note d’UE : un rapport à remettre en fin de semestre.
  • 20% : 2 courtes interrogations sur table dans le cadre des séances.

Cette UE ne peut être prise en contrôle terminal.

Références bibliographiques

  • Benzécri J.P, L’analyse des données, Paris, Dunod, 1973.
  • Dumolard P., Dubus N., Charleux L., 2008, Les statistiques en géographie, Col Géographie Atouts, Paris, Belin, 239 p.
  • Groupe ElementR, 2014, R et espace, traitement de l’information géographique. Framabook, , 244 p.
  • Husson Fr, Le S., Pagès J., 2019, Analyse de données avec R. Rennes, Col Pratique de la statistique, Presses Universitaires de Rennes, 239 p.
  • Lambert N., Zanin C., 2016, Manuel de cartographie, Paris, Armand Colin, Col Cursus, 1973.
  • Sanders L., 1989, L’analyse statistique des données en géographie, Montpellier, RECLUS, Col Alidade, 267 p.
Initiation aux systèmes d'information géographique et à la cartographie thématique (21 h)
Héloïse CHAUVEL
Doctorante en Géographie
Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

Cet enseignement s’adresse en priorité aux étudiants n’ayant pas suivi un cursus en géographie en licence. Il vise à les sensibiliser à l’information géographique, ses modes de collecte, ses représentations et les choix préalables qu’ils imposent. Sont étudiées les principales méthodes et techniques d’acquisition, de traitement et de représentations de l’information géographique : systèmes d’information géographique (création de bases de données géographiques, requêtes, traitements spatiaux…), ainsi que la cartographie thématique selon les règles de la sémiologie graphique.

Plan de cours

  • Questionnements géographiques et information géographique
  • Mise en pratique de la démarche exploratoire
  • Mise en perspective de la démarche exploratoire et démarche de communication

Références bibliographiques

  • Denègre J. et Salgé F., 1996, Les systèmes d’information géographique, Paris, PUF
  • Longley P., Goodchild M. et Maguire D., 2001, Geographic Information Systems and Science, New York, John Wiley & Sons
  • Pornon H., 2011, SIG. La dimension géographique du système d’information, Paris, Dunod
Systèmes d'information géographique (21 h)
Marianne GUEROIS
Maîtresse de conférences en Géographie
Université Paris Cité
Malika MADELIN
Maîtresse de conférences en Géographie
Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

Ce cours intégré vise à vous faire connaître ou revoir les principaux types d’analyses réalisées à partir des logiciels SIG (requêtes, création et modification des bases de données, traitements spatiaux, analyses thématiques, etc.), à acquérir une connaissance pratique des logiciels qGIS et/ou ArcGis, à lire quelques productions scientifiques autour des SIG et à aborder la création d’un exercice SIG.

Plan de cours

  • Discussions sur les connaissances fondamentales, à partir de la mise à disposition de ressources de base, à travailler à la maison (sous forme de cours / vidéos / chapitre d’ouvrage) ; réalisation d’un cours collaboratif, voire courts exposés sur des thèmes d’ouverture.
  • Exercices pratiques pour voir ou approfondir des opérations fondamentales en SIG (géoréférencement, digitalisation, création de zones tampon, géotraitements, requêtes, …) et des opérations plus approfondies (analyse raster, réseau, etc.).
  • Préparation d’un micro-projet vous mettant en situation de transmission de vos savoirs et compétences : construction d’un TD (par groupe) qui sera testé par d’autres étudiant·e·s du groupe.

Références bibliographiques

  • Aschan-Leygonie C., Cunty C., Davoine P.-A., 2019. Les systèmes d’information géographique : principes, concepts et méthodes, Armand Colin, Cursus : géographie, 272 p.
  • Caloz R., Collet C., 2011. Analyse spatiale de l’information géographique, PPUR Presses polytechniques, 383 p.
  • Goodchild M., Rhind D. et Maguire D., 1991. Geographical Information Systems: Principles and Applications, Longman, New York.
  • Longley P., Goodchild M. et Maguire D., 2001. Geographic Information Systems and Science, John Wiley & Sons.
  • Pornon H., 2011. SIG La dimension géographique du système d’information, Dunod.
Cartographie (21 h)
Christine ZANIN
Professeure de Géographie
Université Paris Cité
Nicolas LAMBERT
Ingénieur d’études
CNRS – RIATE

Objectifs pédagogiques

Cours intégré se déroulant en salle informatique (avec utilisation de logiciels spécifiques de cartographie) a pour objectif premier de consolider les acquis de conception et réalisation cartographiques et de parfaire la maîtrise des outils de cartographie et de dessin assistés par ordinateur. Il s’agit également de mobiliser l’ensemble de ces compétences afin de savoir rendre efficace la communication d’un savoir géographique par sa représentation cartographique.

Plan de cours

Le cours/TD est organisé en 6 séances permettant d’associer la pratique des outils informatiques et la réflexion sur différents modes de représentation cartographique. L’objectif général de l’année est la réalisation d’un poster permettant de mobiliser les notions clés de la conception et réalisation cartographique.

Références bibliographiques

  • BEGUIN Michèle, PUMAIN Denise, La représentation des données géographiques, Statistique et cartographie, coll. Cursus, Armand Colin, 4e édition 2017, 263 p.
  • BRUNET Roger, La carte mode d’emploi, Fayard-Reclus, 1987, 270 p.
  • CAUVIN Colette, ESCOBAR Francisco, SERRADJ Aziz, Cartographie thématique, Tome 1 « Une nouvelle démarche », éd. Hermes science Lavoisier, 2007, 284 p.
  • MONMONNIER Mark, Comment faire mentir les cartes. Du mauvais usage de la géographie, Autrement, Nouvelle édition 2019, 304 p.
  • LAMBERT N., ZANIN C., Manuel de cartographie, col. Cursus A. Colin, 2016,224 p.
  • LAMBERT N., ZANIN C., MadMaps, A. Colin, 2019, 144 p.
Tableur (30 h)
Raynal LE BOUR
Diplômé du master PiSE (2016)
Reportwise Consulting
Pilotage de la performance des entreprises.

Descriptif : ce cours se propose de :

  • Consolider les connaissances générales de l’environnement informatique.
  • Acquérir une maîtrise avancée des tableurs, indispensable à tout cadre / manager
  • Initier aux raisonnements algorithmiques dans l’optique du M2 PISE.

Plan du cours : le cours s’articule autour d’une maîtrise progressive des fonctionnalités avancées d’Excel :

  • L’environnement : classeurs, feuilles, cellules, lignes, colonnes
  • Mise en forme : taille des cellules, bordures, formatage de texte, de nombres (dates et heures)
  • Les formules
  • La copie – la recopie incrémentée : adressage relatif, absolu, externe
  • Les fonctions : structure générale.
  • Les fonctions : SOMME, SI, ET, OU, AUJOURDHUI, MAINTENANT, ENT, MAX, MIN, RECHERCHE
  • Les fonctions : fonctions imbriquées.
  • Les graphismes : types, séries de données, construction, modification.
  • Liaison de documents (Word et Excel)
  • Importation et exportation de données de type texte
  • Les tableaux croisés dynamiques
  • Valeur cible et solveur.

Téléchargez la série d’exercices proposée.

La présentation des fonctions (partie 1partie 2)

Modalités de contrôle des connaissances : un examen à la fin du semestre, mettant en jeu les principaux mécanismes abordés en cours.

UE 3 — Langue et expression écrite et orale 1

Expression écrite (12 h)
À venir

Objectifs pédagogiques

Ce cours vise à aider les étudiants à améliorer leur expression à l’écrit. Il est l’occasion de revoir des points d’orthographe, de grammaire ainsi que de transmettre des pratiques d’écriture assurant la clarté de l’expression. Surtout, il permet d’aborder des spécificités de l’écrit au niveau Master, en montrant notamment qu’écrire à l’université revient à participer à une discussion : il s’agit tout autant de formuler ses propres idées que de se positionner par rapport à celles d’autrui. Parallèlement, le cours insiste sur l’importance du développement d’une pratique de la reprise et de la réécriture, dans une optique de professionnalisation. Pour ce faire, le cours est organisé sous la forme de courts exposés magistraux, d’ateliers d’échange de pratiques et d’exercices d’écriture.

À l’issue du cours, les étudiants doivent être capables :

  • De formuler et de défendre à l’écrit des arguments clairs et convaincants, en s’appuyant quand c’est pertinent sur des textes et figures réalisés par d’autres auteurs ;
  • D’organiser leur propos à l’échelle d’un texte à partir d’une problématique, en veillant à la cohérence d’ensemble et à l’articulation entre les idées ;
  • De développer une pratique régulière de la lecture, de l’écriture et de la réécriture, favorable à l’amélioration de leurs écrits.

Plan de cours

  1. Écrire à l’université en Master
  2. Trouver et formuler des idées
  3. Argumenter
  4. Problématiser et concevoir un plan
  5. Mettre en page et mobiliser des figures

Références bibliographiques

  • Spicher, A., 2021, Savoir rédiger. Les techniques pour écrire avec clarté et efficacité (3è édition), Paris, Ellipses.
  • Becker, H. S., 1986 [trad. 2004], Écrire les sciences sociales, Paris, Economica.
  • Reboul, O., 1991, Introduction à la Rhétorique, Paris, Presses Universitaires de France.
Anglais (24 h)

Les cours d’anglais sont dispensés par le département LANSAD d’Université Paris Cité.

UE 4 — Enseignements thématiques 1

Politiques d'aménagement et de développement territorial : du local à l'Europe (30 h.)
Matthieu GIMAT
Maître de conférences en Aménagement de l’espace, urbanisme
Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

L’enseignement vise à proposer une vue d’ensemble des interventions en matière d’aménagement et de développement territorial en France, en utilisant une démarche comparative avec d’autres pays. L’évolution des politiques publiques en la matière depuis les anné es 1960 sera analysée, avec une attention particulière portée aux acteurs de ces politiques, à leurs représentations et aux instruments qu’ils mobilisent.
A l’issue du cours, les étudiant•es seront capables de :

  • Décrire le système politico-administratif local français et la répartition des compétences en matière d’aménagement et de développement local en le resituant dans le contexte européen ;
  • Décrire les principales orientations de la politique européenne de cohésion ainsi que les principales politiques d’aménagement et de développement territorial françaises ;
  • Analyser des stratégies d’aménagement et de développement territorial menées à différentes échelles.

Plan de cours

  1. Les politiques d’aménagement et de développement territorial, du national vers l’articulation des échelles du local à l’Europe
  2. Le système politico-administratif français et les compétences des collectivités territoriales en matière d’aménagement
  3. La politique de cohésion de l’UE : quelle appréhension des territoires ?
  4. Redynamiser les centralités des « villes petites et moyennes »
  5. Le renouvellement urbain et la reconversion industrielle, du local à l’Europe : approches comparées (France, Royaume-Uni, Italie)
  6. Politiques de la ville et du logement
  7. De la protection de la nature à l’écologisation de l’aménagement : principes et conflits

Références bibliographiques

  • Desjardins X., Génau de Lamarlière I. (dir.), 2016, L’aménagement du territoire en France, Paris, La Documentation française
  • Lacour C., Delmarre A., Thoin M., 2015, 50 ans d’aménagement du territoire, Paris, La Documentation française
  • Subra P., 2014, Géopolitique de l’aménagement du territoire, Paris, Armand Colin

2 cours au choix parmi :

Économies et sociétés métropolitaines en Europe (24 h)
Renaud LE GOIX
Professeur de Géographie
Université Paris Cité
Marianne GUEROIS
Maîtresse de conférences en Géographie
Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

Les métropoles européennes sont au cœur de recompositions à la fois économiques et sociales, qui les affectent à la fois dans leur organisation interne et dans leurs rapports aux réseaux de villes auxquels elles participent. Le cours aborde ces processus de métropolisation à travers les tensions scalaires qu’il induit, les mutations de l’idée même de système productif et ses conséquences sociales (désouvriérisation…), les circulations et mobilités. En croisant l’approche géographique avec celle d’autres sciences du territoire, il vise aussi à donner aux étudiants un éclairage sur quelques questions de recherche comme par exemple la question des villes en décroissance (shrinking cities), celle des conflits, celle de la dualisation/fragmentations des sociétés urbaines ou encore celle des politiques mises en œuvre pour tendre vers la ville durable.

Plan de cours

  • Introduction aux villes européennes
  • Fonctions et hiérarchies urbaines
  • Les villes européennes dans le système des villes mondiales
  • Dynamiques démographiques et cycles d’urbanisation
  • Villes durables en Europe
  • Sociétés urbaines, dualisations, fragmentations
  • Formes de villes, transports, durabilité

Références bibliographiques

  • Brenner N. (2004) New state space, urban governance and the rescaling of statehood, Oxford, Oxford University Press.
  • Clark G., Feldman L. et M. Gertler, eds. (2003). Oxford handbook of economic geography. Oxford, Oxford University Press.
  • Friedmann J. (1986). “The world city hypothesis”, Development and Change, vol.17: p. 69-84.
  • Le Galès, P. (2003). Le retour des villes européennes, sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance. Paris, Presses de SciencesPo.
  • Panerai P., Castex J., Depaule J.C. (2009) Formes urbaines, de l’îlot à la barre, Marseille, Eds Parenthèse, collection Eupalinos.
  • Roncayolo M. (1995), Les grammaires d’une ville, Marseille, Paris, Presses de l’EHESS.
  • Sassen, S. (1996). La ville globale. New York. Londres. Tokyo., Paris, Descartes.
Droit de l'urbanisme (24 h)
Sylvain FOURMOND
Maître de conférences en Droit
Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

  • Sensibiliser au droit
  • Transmettre les principes fondamentaux du droit de l’urbanisme
  • Mettre en situation

Plan de cours

  1. Fondamentaux du droit : définition du droit ; les différentes branches du droit ; les différentes règles de droit ; l’organisation des règles de droit ; l’ordre juridique et le principe de libre administration ; l’organisation de la justice ;
  2. Les principes fondamentaux du droit de l’urbanisme : définition du droit de l’urbanisme ; la planification urbaine ; les différents documents d’urbanisme ; la hiérarchie des documents d’urbanisme ; les autorisations d’urbanisme ; éléments d’urbanisme opérationnel ;
  3. Cas pratique sur le réaménagement d’une ville fictive.

Références bibliographiques

  • Jacquot H., Priet F., 2015, Droit de l’urbanisme, Dalloz.
  • Jestaz P., 2014, Le droit, Dalloz, Connaissance du droit.
  • Godfrin P., 2012, Droit administratif des biens, Sirey.
  • Atias C., 2014, Droit civil : les biens, Lexisnexis Manuels.
Finances locales (20 h)
Christine BRÉMOND
Chargée de cours “Finances locales et droit des collectivités territoriales”
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et IHEDREA

Objectifs pédagogiques

  • Permettre aux étudiants de se familiariser avec les finances des collectivités.
  • Repérer les principaux acteurs, les outils, l’enchaînement des décisions à prendre au cours d’une année budgétaire.
  • Comprendre les marges de manœuvre avec les recettes fiscales et financières et maîtriser la démarche de diagnostic financier.

Plan de cours

  1. Les différentes catégories de collectivités locales, bilan de l’avancée du bloc local avec la montée en puissance de l’intercommunalité à fiscalité propre.
  2. Les outils budgétaires, les acteurs, les délais, le contenu du budget : dépenses / recettes
  3. Les moyens financiers : la fiscalité locale : les quatre taxes leurs mécanismes de calcul et réformes en cours
  4. Les impôts locaux économiques et la péréquation mise en place avec notamment le FPIC
  5. Les dotations de l’État : la DGF et ses évolutions au niveau des masses financières et des modalités de calcul
  6. Le financement de l’investissement dont la situation de la dette des collectivités
  7. L’analyse financière : méthode et sélection des critères d’analyse.

Références bibliographiques

  • Grivel, C., Gorgeu, Y., Bremond, C., Dhers, J., 2021, Vous avez dit… territoires, intercommunalités, développement local ?, Paris, Libraire des territoires.
  • Brémond C., 1992 La solidarité financière intercommunale : partage ou mise en commun de la taxe professionnelle, Paris, Syros-Alternatives
  • Robert F., 2009, Les finances locales, Paris, La documentation française
  • Dosière R., Hoorens D., Anatharaman B., 2008, La communes et ses finances, Paris, Éditions Le Moniteur
  • Montain Domenach J., Brémond C., 2007, Droit des collectivités locales, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble
  • Duret J.-L., Hoorens D., Klopfer M., Laurent P., Phelep A., Taheri F., 2005, Ressources des collectivités locales, Paris, Dexia
  • DGCL, Bulletin d’information statistiques
  • Caisse des dépôts et consignations, Localtis

UE 5 — Projet de mémoire

Définition d'un projet de mémoire

À l’issue de l’année universitaire, les étudiant•es doivent avoir préparé, rédigé et soutenu un mémoire. Au cours du premier semestre, leur travail consiste à définir un objet d’étude, à réaliser un état de l’art à partir notamment des travaux scientifiques disponibles, à définir une problématique et à établir une méthodologie qui permettra d’apporter des éléments de réponse à la problématique posée. Ce travail donne lieu à la rédaction d’une note d’intention, qui fait l’objet d’une évaluation à la fin du semestre.
Au travers de l’apprentissage de la recherche, les étudiant•es sont amené•es à remobiliser les démarches étudiées dans le cours de Méthodologie des études, du conseil et de la recherche ainsi que les diverses méthodologies qualitatives et quantitatives acquises au cours de l’année. Ils travaillent sous la direction d’un•e tuteur•ice enseignant•e, qui accompagne leur réflexion et valide les principales étapes du travail.


Semestre 2

UE 6 — Approches thématiques du changement

Villes, inégalités et justice socio-spatiale (24 h)
Jean-Christophe FRANÇOIS
Maître de conférences en Géographie
Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

Cet enseignement vise à familiariser les étudiants avec les principaux débats sur les inégalités intra-urbaines (gentrification, « droit à la ville », splintering urbanism et fragmentation spatiale, ségrégation urbaine, polarisations spatiales liées au développement économique local, mixité sociale…). Ces questions sont considérées dans les villes du Nord essentiellement et présentées à travers des exemples concrets. Il vise à permettre aux étudiants de se constituer une culture générale sur les différentes manières dont sont abordées et débattues les questions d’inégalités et de justice sociale en ville, notamment dans les cercles décisionnels.

Plan de cours

  1. La division sociale de l’espace
  2. Le rôle du logement dans la fabrique des inégalités
  3. Inégalités scolaires et ségrégation urbaine
  4. Inégalités de santé et d’accès aux soins
  5. Les formes spatiales de la ségrégation (ghettos américains, banlieues françaises)
  6. Ségrégation, entre-soi et mixité urbaine
  7. Effets de quartiers, spatial mismatch et mobilité
  8. Genre et justice socio-spatiale
  9. La gentrification : débats théoriques

Références bibliographiques

  • Brun J., Rhein C. (dir.), 1994, La ségrégation dans la ville, Paris, l’Harmattan
  • Chamboredon J.C., Lemaire M., 1970, « Proximité spatiale et distance sociale », Revue Française de Sociologie, 11-1
  • Donzelot, J. (dir.), 2012, A quoi sert la rénovation urbaine ?, Paris, PUF
  • Fol S., 2009, La mobilité des pauvres. Pratiques d’habitants et politiques publiques, Paris, Belin Mappemonde
  • Lehman-Frisch S., 2009, « La ségrégation : une injustice spatiale ? Questions de recherche », Annales de géographie, n° 665-666
  • Navez-Bouchanine F., 2002, La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale, Paris, L’Harmattan
Développement durable (24 h)
Amel Ben Rhouma
Maîtresse de conférences en Sciences de gestion
Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

Ce cours autour du développement durable vise à doter les étudiants de connaissances approfondies sur les enjeux environnementaux, sociaux et économiques contemporains. Il s’agit de former les étudiants à :

  • Comprendre la problématique de développement durable, connaître le processus de négociation coopérative qui a permis d’aboutir à cette valeur nouvelle et les différentes approches de son appropriation compétitive selon le type d’acteurs.
  • Connaître les origines de la RSE et ses différentes approches et comprendre ses implications pour les entreprises dans un contexte de développement durable
  • Connaître les outils de reporting et mesure de la performance extra-financière et savoir définir et mettre en œuvre une stratégie RSE.

Par son contenu, ce cours s’inscrit dans une perspective de développement de compétences spécifiques, telles que la capacité à identifier et dialoguer avec les parties prenantes, la gestion de projet, l’analyse du reporting, et la compréhension des enjeux et objectifs de la Responsabilité sociale des Entreprises / Organisations (RSE/RSO). Ces compétences sont essentielles pour accompagner les entreprises dans leur démarche RSE et de transition écologique, répondre aux besoins de recrutement et contribuer à renforcer la compétitivité et l’attractivité des entreprises et organisations. En outre, ce cours offre une formation qui s’inscrit dans une perspective de préparation aux métiers liés au développement durable et à la RSE, tels que responsable développement durable, chargé de mission RSE, chef de projet environnement, ou consultant en réglementation environnementale.

Plan de cours

  • Chapitre 1 : Aux origines historiques de la RSE & ses principales approches
  • Chapitre 2 : Développement durable : Logique historique d’un concept négocié dans le cadre d’une approche coopérative
  • Chapitre 3 : Appropriation compétitive du DD : du consensus à l’éclatement des approches
  • Chapitre 4 : Couplage et institutionnalisation de la RSE et DD depuis les années 2000 et pourquoi les entreprises doivent-elles intégrer les enjeux RSE/DD dans leurs stratégies ?
  • Chapitre 5 : Comment les entreprises intègrent-elles les enjeux de RSE/DD dans leurs stratégies business et leurs reportings? (Etude de cas)

Bibliographie

Boutaud, A. (2005). Le développement durable: penser le changement ou changer le pansement. Saint Etienne, thèse pour l’obtention du doctorat en Sciences et Génie de l’Environnement, Ecole Nationale des Mines de Saint Etienne.

Brühl, V. (2021). Green Finance in Europe–Strategy, Regulation and Instruments. Center for Financial Studies Working Paper, (657).

Crifo, P. (2023). Normes ESG et transition juste: comment prendre en compte les enjeux environnementaux et sociaux?. Servir Alumni de l’ENA et de I’INSP, 520(1), 16-20.

Frynas, J. G., & Yamahaki, C. (2016). Corporate social responsibility: Review and roadmap of theoretical perspectives. Business Ethics: A European Review, 25(3), 258-285.

Niestroy, I. (2005). Sustaining sustainability: A benchmark study on national strategies towards sustainable development and the impact of councils in nine EU member states (No. 2). Ingeborg Niestroy.

UE 7 — Méthodologie 2

Méthodes qualitatives : enquêtes et entretiens (36 h)
Céline VACCHIANI-MARCUZZO
Professeure de Géographie
Université Paris Cité
Matthieu GIMAT
Maître de conférences en Aménagement de l’espace, urbanisme
Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

L’objectif de ce cours est de former les étudiants à la démarche qualitative et aux principales techniques qu’elle offre. Une attention particulière sera accordée aux techniques plus spécifiquement adaptées aux problématiques de l’intervention locale et du conseil.

Plan de cours

  1. Qu’est-ce qu’une démarche qualitative ?
  2. L’approche qualitative dans le cadre des métiers du conseil et du développement local
  3. Faire du terrain, être sur le terrain
  4. Présentation de plusieurs techniques (observation, entretiens individuels et collectifs)
  5. La construction d’une grille
  6. L’analyse des données
  7. La présentation et la restitution des données

Références bibliographiques

  • Blanchet A., Gotman A., 1992, L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Armand Colin
  • Berthier N., 2016, Les techniques d’enquête en sciences sociales. Méthode et exercices corrigés, Paris, Armand Colin
  • Peretz H., 2004, Les méthodes en sociologie, l’observation, Paris, La Découverte
  • Weber F., Beaud S., 1998, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte
Préparation à l'alternance et recherche de contrat (12 h)
Mathieu GIGOT
Maître de conférences en Aménagement de l’espace, urbanisme
Université Paris Cité
Matthieu GIMAT
Maître de conférences en Aménagement de l’espace, urbanisme Géographie
Université Paris Cité

Avec des interventions de l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) d’Île-de-France

Objectifs pédagogiques

Ce cours ne donne pas lieu à une notation. Il vise à préparer les étudiant•es à l’année d’alternance au cours du M2. Cela se traduit par la transmission d’informations sur les contrats d’apprentissage et de professionnalisation, sur les modalités de recherche d’offres d’alternance et sur les structures qui accueillent des étudiant•es en alternance dans le domaine de l’aménagement et développement local, qui peuvent aussi bien être des entreprises, des administrations publiques (locales ou centrales) ou des associations. Un atelier CV est aussi organisé dans le cadre de ce cours, ainsi que des séances d’entraînement à l’entretien d’embauche. Un forum avec les structures d’accueil partenaires du Master peut être organisé dans ce cadre, sous réserve de leur disponibilité.

UE 8 — Langue et expression écrite et orale 2

Expression orale (12 h)
Lise MAETIN
Anglais (24 h)

Les cours d’anglais sont dispensés par le département LANSAD d’Université Paris Cité.

UE 9 — Enseignements thématiques 2

Méthodes du diagnostic territorial (30 h)
Mathieu GIGOT
Maître de conférences en Aménagement de l’espace, urbanisme
Université Paris Cité
Matthieu GIMAT
Maître de conférences en Aménagement de l’espace, urbanisme Géographie
Université Paris Cité

Avec des interventions de Claude GRASLAND, Professeur de Géographie, Université Paris Cité et Sophie BAUDET-MICHEL, Maîtresse de conférences en Géographie, Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

Ce cours vise à initier les étudiant•es aux méthodes du diagnostic territorial, outil qui précède et accompagne les opérations de développement et d’aménagement. Les enseignement•es précisent les concepts, les méthodes ainsi que les sources et les indicateurs nécessaires à une connaissance multidimensionnelle des territoires locaux. Les étudiant•es sont amenés à produire collectivement le bilan-diagnostic d’une commune de la petite couronne parisienne et à proposer des préconisations en lien avec des enjeux. Ce faisant, ils mettent en pratique les méthodes d’analyse de données et de documents, de représentation cartographique, d’observation de terrain et d’analyse de systèmes d’acteurs.
A l’issue du cours, les étudiant•es doivent être capables de :

  • Décrire le rôle du diagnostic territorial dans les actions de développement local ;
  • Réaliser un diagnostic territorial en présentant les sources et données travaillées de façon organisée, détaillée et problématisée ;
  • Trouver des sources et produire des données pour formuler des préconisations à partir d’une analyse diagnostique.

Plan de cours

  • Le diagnostic territorial, un outil pour le développement local (contextes, finalités, types de diagnostic) ;
  • Analyse contextuelle et morphologique ;
  • Analyse socio-démographique ;
  • Analyse économique et fonctionnelle ;
  • Formulation de préconisations.

Références bibliographiques

  • Arborio A.M., Fournier P., 2005, L’enquête et ses méthodes : l’observation directe, Paris, Armand Colin
  • Beaud S., Weber F., 2001, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte
  • Browaeys X., Chatelain, P., 2005, Etudier une commune : Paysages, territoires, populations, sociétés, Paris, Armand Colin
  • Dumont G., 2005, Diagnostic et gouvernance des territoires : concepts, méthode, application, Paris, Armand Colin
  • Gumuchian H., Marios C., 2000, Initiation à la recherche en géographie, aménagement, développement territorial, environnement, Paris, Economica
  • Jean Y., Vanier M., 2009, France. Aménager les territoires, Armand Colin, Paris
Acteurs et territoires du local (24 h)
Céline VACCHIANI-MARCUZZO
Professeure de Géographie
Université Paris Cité

Objectifs pédagogiques

Le cours vise à initier les étudiants aux enjeux et critères des découpages du territoire local ainsi qu’à la marge de manœuvre des acteurs dans la mobilisation des « ressources territoriales » par les politiques publiques. Le local est à concevoir à la fois comme une échelle en soi de l’organisation du territoire mais aussi comme un niveau traversé par des flux, articulé à d’autres échelles d’organisation du territoire, inséré dans des systèmes spatiaux qui interagissent avec lui.

Plan de cours

  1. La longue et lente émergence du développement local comme enjeu social et politique (France, Italie, Brésil)
  2. Le local entre mailles fonctionnelles et analytiques (aire urbaine, agglomération etc.) et mailles de gestion (EPCI…) et de projet (pays, etc.)
  3. Des territoires traversés : l’économie résidentielle
  4. La cohésion territoriale, quelle approche du local ?
  5. Les enjeux locaux de la métropolisation: les grands équipements et les conflits d’échelles
  6. Les enjeux locaux de la métropolisation : comment la globalisation affecte les découpages du territoire
  7. La notion de bien commun dans l’action politique locale, portée et limites

Références bibliographiques

  • Bléton-Ruget A., Commerçon N., Gonod Ph. (dir), 2006, Territoires institutionnels, territoires fonctionnels, IRSVM.
  • Boino P., Desjardins X., 2009, Intercommunalité : politique et territoire, Paris, La Documentation française.
  • Bourdin A., 2000, La question locale, Paris, PUF.
  • Davezies L., 2008, La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses ?, Paris, Seuil.
  • Fraboulet-Rousselier D., Rivière D., 2006, La ville sans bornes, la ville et ses bornes, Paris, Nolin.
  • Faure A., Douillet A.-C. (éd.), 2005, L’action publique et la question territoriale. Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.
  • Fol S., « La politique de la ville, un outil pour lutter contre la ségrégation ? », 2013, L’information géographique, 77-3.
  • Maksim H., Vincent S., Gallez C., Kaufmann V., 2010, L’action publique face a la mobilité, Paris, L’Harmattan.
  • Noyé C., Guilly C., 2004, Atlas des nouvelles fractures sociales, Autrement.
  • Offner J.-M., 2006, « Les territoires de l’action publique locale. Fausses pertinences et jeux d’écarts », Revue française de science politique, 56-1.
  • Vanier M., 2008, Le pouvoir des territoires: essai sur l’interterritorialité, Paris, Economica-Anthropos.
  • Vanier M., Debarbieux B., Turco A., Melé P.,  2009, Territoires, territorialité, territorialisation : Controverses et perspectives, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
  • Vanier M, 2006, « Partager la souveraineté territoriale : objets, modes et principes de l’État ‘glocal’ », Rives nord-méditerranéennes, 25.

UE 10 — Mémoire

Préparation et soutenance d'un mémoire

À l’issue de l’année universitaire, les étudiant•es doivent avoir préparé, rédigé et soutenu un mémoire. Au cours du deuxième semestre, sous la direction de leur tuteur•ice enseignant•e, ils et elles doivent d’abord mettre en œuvre les méthodologies définies au cours des mois précédents. Cela amène une partie des étudiant•es à réaliser des analyses de “terrain”, en contact direct avec des acteurs du développement économique, de l’aménagement et de l’entreprise, mais aussi avec des situations concrètes. Ils et elles réalisent ensuite le traitement des données obtenues, puis rédigent et soutiennent leur mémoire. Tout au long de ce processus, il est nécessaire non seulement de présenter des résultats originaux et de réaliser un document écrit de qualité, mais aussi de veiller à la cohérence générale de la démarche. La soutenance prend place devant un jury composé d’au moins deux personnes, dont le•a tuteur•ice, qui permet de tester la capacité des étudiant•es à exposer leurs idées à l’oral et à les défendre. La note obtenue prend en compte l’ensemble de la démarche.